26/02/2010

La chasse au Mayumbe

La chasse au Mayumbe


Dans le Mayumbe la chasse tient une place importante dans la vie des hommes du village. Les chasseurs constituent un des groupes sociaux les plus importants.

Les chiens de chasse (de type basenji), pas plus gros que des fox, rabattent le gibier en le débusquant par le bruit sec des grelots de bois qu'ils portent le plus souvent au cou mais aussi parfois autour du ventre.

Il est parfois difficile de différencier l'usage de certaines cloches. En général, les cloches décorées et (ou) avec manche sculpté, sont réservées au culte des n'kisi, tandis que les plus simples avec manche en corde, sont utilisées pour la chasse, mais il arrive aussi que les devins ou n'ganga utilisent des cloches simples en bois avec manche en corde.
L'usage d'attacher des cloches au cou des chiens dans ces régions, est très ancien et est déjà mentionné parBattell, au XVIe siècle. Au Mayombe, cependant, d'aprèsvan Overbergh, les cloches en bois "madibu" sing. "dibu" sont attachées au ventre des chiens. 
"Les chiens du mayombe chassent à la façon de nos chiens courants; seulement ils ne donnent pas de la voix; les indigènes garnissent leurs chiens de grelots en bois qui s'attachent non au cou de l'animal, mais au milieu du corps". Le tintement de la cloche remplace l'aboiement et aide à faire lever le gibier en indiquant au chasseur où il se trouve mais aussi éviter de confondre le chien et le gibier.
La cloche pour chien et la cloche "dibu" du n'gangaprésentent de grandes similitudes, de plus le même terme les désigne: "dibu", il est probable que ces cloches pour chiens ont un rapport avec  les rites magiques liés à la chasse.

chien 02

Source: Inforcongo - Guide du voyageur: Congo-Belge & Ruanda-Urundi - 1958 p. 128/129
Légende: Equateur - chien de chasse des Lalia porteur de son grelot en bois "elefo"
Pays: R.D. du Congo

chien 03chien 04

Photo (de gauche): Scohy A.
Source: -
Légende: Des chasseurs partent pour la forêt (Mayombe)
Pays: R. D. du Congo

chien 01

Carte postale (détail): Après 1960 ?
Editeur: Editaf - Milano
Légende: Province Orientale - Départ pour la chasse 
Pays: R.D. du Congo


Les armes dont se servaient les chasseurs étaient dans ces régions essentiellement des fusils de traite. Les peuples du Mayombe entrés très tôt en contact avec les Européens ont pratiqué la traite pour se procurer non seulemnt les fusils mais aussi la poudre et d'autre objets de négoce.

"... Dès la fin du XVe siècle les Portugais avaient apporté avec eux les premières arquebuses à mèche, alors en usage en Europe, sur les côtes occidentales de l'Afrique. Plus tard, les Hollandais, Anglais, Francais, Allemand et Belges vont se surpasser au cours des siècles dans le commerce d'armes à feu  et de poudre de traite, qui serviront de marchandise d'échange contre les esclaves, l'or, l'ivoire, l'huile de palme, le caoutchouc, etc., dont le continent noir sera le principal fournisseur pendant plus de quatre cents ans ...

... Si en cette fin du XIXe siècle la traite des esclaves noirs avait fait place au commerce de matières premières telles que l'ivoire, l'huile de palme, le caoutchouc, etc., ces transactions commerciales nécessitaient toujours une marchandise d'échange de provenance européenne comme les tissus, verreries, perles, poudre, armes, fils de cuivre, pour ne citer que les principales.
Le terme même de la "traite" va petit à petit se substituer à celui de la "troque" pour finir par désigner l'échange produit contre produit et ce, pendant à peu près toute la période coloniale ...

... L'arme à feu de traite par excellence au XIXe siècle était le fusil à un coup, à chargement par la bouche, à canon lisse et à platine à silex. Arme d'épaule pouvant servir tant à la chasse qu'à la guerre, elle provenait généralement  des surplus militaires européens; à défaut on se contentait de copies ou de modèles reconditionnés. Outil à tout faire, d'une solidité remarquable, ne nécessitant que peu d'entretien, son fort calibre permettait l'usage par les indigènes de la poudre  de traite et de projectiles hétéroclites souvent fabriqués  par des forgerons locaux ..."

Extrait de: Introduction de l'étude des armes à feu de traite en Afrique à la veille de la colonisation européenne par Paul Dubrunfaut dans Beauté Fatale Armes d'Afrique Centrale - Crédit Communal 1992.

 

fusils de traite 01fusils de traite 02

fusils de traite 03
Fusils de traite - Musée Africain de Namur

chasseurs 01

Chasseurs - R. D. Congo (photo début XXe S.)

Poires à poudre (tutukipfula)

Vu l'importance de la chasse, il ne faut donc pas s'étonner du soin apporté aux accessoires de cette occupation qu'est la chasse et plus spécialement auxpoires à poudre (tutukipfula). Ces récipients en bois de forme sphérique, sont sculptés de décors géométriques, cubistes, caractéristiques de cette région du Bas-Congo et que l'on retrouve dans les scarifications corporelles "mabina" (voir ci-après). Ils sont munis d'un bouchon flanqué de deux attaches latérales creuses, qu'une cordelette traverse empêchant le bouchon de tomber et permettant de suspendre l'ensemble.

Le chasseur met dans le canon de son fusil (pou pou) de 10 à 15 cm3 par charge, bourre légèrement et emploie comme projectiles des petites pierres, des petits morceaux de fer, de cuivre de plomb. Les blessures quoique peu profondes, sont cependant très meurtrières, cause de l'irrégularité des projectiles. 


poire poudre 00a

poire poudre 01
H: 7 cm

poire poudre 02
H: 9 cm

poire poudre 03
H: 7 cm

poire poudre 04
H: 10 cm

poire poudre 05
H: 12 cm

poire poudre 06
H: 13 cm
poire poudre 06d

poire poudre 07
H: 12 cm
poire poudre 07b

poire poudre 08a
H: 12 cm

poire poudre 09a
H: 15 cm

 

Les scarifications corporelles "mabina" des femmes Yombe (voir photo ci-dessous) furent parmi les plus savantes et les plus belles de toute l'Afrique; elles étaient exécutées sur le corps des petites filles vers l'âge de dix ans". (Frère J. Cornet, 1989).

scarification 02scarification 01

Carte postale: Début XXe Siècle
Editeur: Nels
Légende: Jeunes filles Mayumbe
Pays: R.D. du Congo

Carte postale: Début XXe Siècle
Editeur: Nels: pour les Chanoinesses - Missionnaires de St Augustin - Kangu
Légende: Congo 
Pays: R.D. du Congo

scarification 03
Carte postale: Datée 28-01-1902
Editeur: Nels
Légende: Kangu - Kongo (Mayumbe) - Le tatouage des femmes 
Pays: R.D. du Congo

scarification 04ascarification 05a

Carte postale: Début XXe Siècle
Editeur: Nels
Légende: Femme Mayumbe préparant l'huile de palme
Pays: R.D. du Congo

Carte postale: Début XXe Siècle
Editeur: J.L.P.
Légende: 17 Boma - Jeune femme Mayumbe - Tatouages de Temvo
Pays: R.D. du Congo

 

poire poudre 10

 

poire poudre 11
H: 13 cm

poire poudre 11a

 

poire poudre 12
H: 10 cm

poire poudre 12a

 

poire poudre 13
H: 10 cm

poire poudre 13a

 

poire poudre 14
H: 9 cm

 

poire poudre 15
H: 7 cm
poire poudre 15a


 

 

 

 

17:06 Écrit par sanza dans Mayumbe | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : congo, chasse, mayumbe |  Facebook |

23/02/2009

Chemin de fer Boma - Tshela

Chemin de fer de Boma à Tshela

Les anciennes informations qui suivent relatives à cette ligne de chemin de fer (qui n'existe plus) reliant BOMA à TSHELA sont extraites de:

- http://www.congoposte.be/train.htm
- Guide du voyageur au Congo Belge et Ruanda-Urundi -  2ème édition août 1951.
- Guide du voyageur Congo Belge et Ruanda-Urundi -  4ème édition 1958.

A l'origine la Société des Chemins de fer Vicinaux du Mayumbe fut créée par décret du 30 juillet 1898. Une convention fut passée le 21 septembre 1898 entre l'Etat Indépendant et la Compagnie pour construire une ligne devant relier un point accostable de l'estuaire du Congo (Boma) à un point du bief navigable du Moyen-Tshiloango (frontière avec le Congo Français). La ligne n'atteindra jamais la frontière et sera limitée à Tshela.
Elle est longue de 140 km, allant de Boma à Tshela en passant par Luki (km 32), Lemba (km 39), Lukula (km 80), Loango (km 114).
En octobre 1899 les travaux atteignent la rivière Luki. C'est en août 1900 que le rail atteint la gare de Tshisundi (Kisundi) au km 44 et que l'exploitation de la ligne débute.
En octobre 1901, le rail atteint la Lukula. En 1910 l'Etat décide de prolonger la ligne de Lukula à Tshela. Les travaux se terminent en 1914.

Exploité plus tard par OTRACO - Office d'Exploitation des Transports Coloniaux.
Le rail (écartement de 0,615 m) serpente dans une région très accidentée et très pittoresque, il dessert de nombreuses plantations et exploitations européennes dont l'économie est axée sur le bois, le caféier, le cacoyer, le palmier à huile, le bananier, l'hévéa, etc...
Le trajet se fait en 10h; trois départs chaque semaine dans chaque sens.

Les principales stations desservies par le rail sont:

km 0 Boma
km 8 Bangu, sur la rivière du même nom - alt. 36 m
km 14 Lusanga, dispensaire de la Formulac - alt. 90 m
km 22 Lovo, sur la rivière du même nom, plantations - alt. 101 m
km 32 Luki, sur la Luki; Société Agricole du Mayumbe, huilerie - alt. 150 m
km 39 Lemba, exploitation de l'Agrifor (scierie), plantations, huilerie - alt. 165 m
km 57 Temvo, poste d'occupation. Centre de cultures et d'exploitations forestières notamment: Société Agricole du Mayumbe; S. A. d'Agriculture et de Plantations au Congo; Plantations de la Mambika. Centre commercial; dispensaire Formulac - alt 271 m
km 62 Kenge, point culminant de la ligne - alt 303 m
km 68 Moenge, palmeraies, bananeraies, café, cacao - alt. 169 m
km 80 Lukula, sur la rivière Lukula. Centre d'occupation. Siège de la direction du chemin de fer qui possède ses ateliers de réparations. Hôpital de la Formulac.
Centre Commercial important, centre industriel, usine de la Multiplex du Mayumbe, Palmegger, centre agricole important.
La rivière Lukula, traversée sur un pont de 60m  constitue la limite entre le territoire de Boma et celui de Tshela - alt. 101 m
km 90 Kiniati, dispensaire du Foréami. Centre agricole (Comptoir des Produits du Congo) - alt. 130 m
km 99 Kangu, sur la Kulu, Centre d'occupation. Dispensaire du Foréami. Centre commercial, agricole et industriel (huilerie et savonnerie) - alt 170m
km 102 Mission catholique de Kangu, desservie par les RR. PP. de Scheut; on peut y visiter le Musée des Fétiches du R. P. Armand - alt 175 m
km 108 Kimbenza, centre agricole - alt 214 m
km 114 Loango, sur la Langula, centre commercial, industriel (Huileries et Raffineries Africaines) et agricole (Soc. de Colonisation Agricole du Mayumbe) SCAM - alt. 240m
km 127 Luvu, centre commercial et industriel (S. A. des Pétroles du Congo); dispensaire Foréami - alt 170 m
km 137 Banga, sur la Gomamba, centre commercial - alt 150 m
km 140 Tshela


 

bas-congo,chemin de fer,boma,tshela










Action de la société des Chemins de fer Vicinaux du Mayumbe - Emise le 21 septembre 1898

Archive R. Lecoq

http://www.ray-scripophile.be/










 



Ci-après une série d'anciennes cartes postales éditées entre le début du XXème siècle et les années 1930.

boma tshela 12

Les lignes de chemin de fer du Bas-Congo d'après une carte de 1918
Les lignes de chemin de fer du Bas-Congo - Carte de 1918.
Boma - Tshela
Matadi - Kinshasa


boma tshela 04
Boma Congo-Belge
La Gare des Chemins de Fer Vicinaux du Mayumbé
 

 boma tshela 06
Boma Congo-Belge
Le Train par lequel M. le Ministre des Colonies s'est rendu au mayumbé

 

boma tshela 11
Congo Belge         Chemin de fer du Mayumbe
Belgisch Congo     Yzerenweg van Mayumbe 


boma tshela 03
CONGO BELGE - Boma - Vue du fleuve Congo et de la Gare du Mayumbe   


boma tshela 05
25 Congo Belge        Gare du mayumbe
    Belgisch Congo     Statie van Mayumbe 
 

boma tshela 13
Boma (Congo belge). - La Gare du Mayumbe
 

boma tshela 08
Congo Mayumbe  Chemin de fer de mayumbe
 

boma tshela 01
La Ligne du Chemin de fer traversant la Forêt du Mayumbe
 

boma tshela 01b
MAYUMBE - Le Chemin de fer traversant la forêt
 

boma tshela 10
Poste à bois sur le chemin de fer du Mayumbe
 

boma tshela 09
LUKI - Pont du Chemin de fer du Mayumbe
 

boma tshela 02
Congo - Pont de la Lukula dans le Mayumbe

 boma tshela 07
Chemin de fer du Mayumbe - Pont sur la Lukula 

bas-congo,chemin de fer,boma,tshela

Chemin de fer du Mayumbe au km 108 à Kimbenza situé à 6 km au nord de Kangu Mission.
Cette ancienne et rare photographie a été prise par le papa de Bernadette Matterne.
Monsieur Matterne avait commencé sa carrière au Congo en 1927.